un monde autour de Stanley Kubrick

 

ewsvenise.gif (2593 octets)

 

Ouverture de la Mostra de Venise avec le dernier film de Kubrick

mercredi 1 septembre 1999, 21h15

kidmanvenise.gif (21441 octets)

VENISE (AP) -- La 56e Mostra de Venise s'est ouverte mercredi soir avec la projection en avant-première européenne de ``Eyes Wide Shut'', le dernier film de Stanley Kubrick, en présence des deux principaux interprètes du film, Tom Cruise et Nicole Kidman.

``Les films de Kubrick nous montrent la voie à suivre'', a déclaré le président du jury, le réalisateur yougoslave Emir Kusturica. ``Ils nous a prouvé que le cinéma demeure un art''.

Le film était projeté dans sa version originale -sans les retouches imposées aux spectateurs américains pour masquer la nudité des personnages dans une scène d'orgie. ``Eyes Wide Shut'', sorti en juillet aux Etats-Unis, sera sur les écrans français le 15 septembre.

Lors d'une conférence de presse, Nicole Kidman et Tom Cruise, accompagnés du producteur du film Jan Harlan, ont rendu hommage à Stanley Kubrick et loué un grand réalisateur mais aussi un homme intelligent, sensible et drôle.

kidmanvenise2.gif (32447 octets)

Eyes Wide Shut a fait l'ouverture de la 56ème Mostra de Venise ce 1er septembre 1999.

mercredi 1 septembre 1999, 11h37 (annonce AFP)

Le film posthume de Stanley Kubrick: "éloge de l'amour", "Eros pour famille" par Marie-Thérèse DELBOULBES

VENISE, 1er sept (AFP) - "Eloge de l'amour", "Eros pour la famille", "film sépulcral sur l'impuissance", "Eyes wide shut", l'oeuvre posthume tant attendue de Stanley Kubrick avec Tom Cruise et Nicole Kidman, qui ouvre jeudi soir la Mostra de Venise, a reçu un accueil mitigé mais n'a pas laissé indifférent.

Quelques applaudissements, assez tièdes, ont salué la projection de presse du film, présenté dans la soirée au Palais du cinéma en première européenne, en présence de la veuve et des filles du cinéaste.

Espéré depuis trois ans, précédé de rumeurs fantaisistes et sulfureuses, affichant le couple de stars le plus glamour de cette fin de siècle, réalisé dans le secret absolu, ponctué du départ de deux acteurs et marqué par la mort soudaine de son réalisateur le 7 mars dernier, "Eyes wide shut" était, sans doute, trop attendu.

Le cauchemar éveillé de William Harford (Tom Cruise), un riche médecin de Manhattan, est un labyrinthe de passions, sombre, lent (2H39) et élégant, sur les fantasmes d'un mari jaloux, adapté de "Nouvelle rêvée" ("Traumnovelle") de l'écrivain autrichien Arthur Schnitzler. Une oeuvre que le réalisateur de "2001, l'Odysssée de l'espace" rêvait de porter à l'écran depuis un quart de siècle.

Il a transposé de nos jours ce drame du désir et de l'obsession, contemporain de Freud, avec le plus célèbre couple de cinéma, brouillant à dessein l'image publique du couple Cruise/Kidman et la fiction.

"Chef d'oeuvre", "important pour ce qu'il dit sur notre façon d'aimer", réaction contre "la vague du pornoérotisme mercantile qui envahit le cinéma", ou "film de vieux", "superficiel", peut-on lire dans la presse. Les avis sont également partagés sur les performances des deux stars et le héros de "Mission impossible" est parfois taxé d'"inexpressif" ou de "trop lisse".

William et Alice vivent dans un somptueux appartement avec leur petite fille et ont apparemment tout pour être heureux. Mais dès la première scène où ils se préparent pour la soirée que donne leur richissime ami Victor Ziegler (Sydney Pollack) on sent le couple enlisé dans la routine et l'ennui: Nicole Kidman est assise sur la cuvette de WC, Tom Cruise s'affaire sans la voir devant la glace.

Il faudra cette fête pour les émoustiller, attiser la jalousie et éveiller chez William des pulsions qu'il ne soupçonnait pas. Alice, éméchée par le champagne, étourdie par la danse, se laisse aller dans les bras d'un séduisant Hongrois. Tandis que son mari se laisse entraîner par deux jolies filles...

Au retour, après avoir fumé un "joint", Alice provoque William en lui avouant qu'elle l'a trompé -en pensée- avec un officier de marine. Incrédulité, colère, jalousie naissent chez le mari. Un appel auprès d'un mourant interrompt cette scène de ménage et William disparait pour une longue nuit agitée, un parcours semée de tentations, d'épreuves et d'embûches, dans les rues de New-York décorées de sapins de Noël...

Malgré tout le bruit fait autour d'une scène, pudiquement et digitalement masquée aux Etats-Unis, "Eyes wide shut" est un film étrangement asexué où, à part la belle chute de reins de la sculpturale Nicole Kidman -un fantasme pour peintre- la caméra ne s'attarde pas au dessous de la ceinture.

Dans la Sérénissime, où vécut le libertin Casanova, la scène-clé, où d'inquiétants hommes masqués, comme dans un carnaval vénitien, et des femmes nues se livrent à une orgie orchestrée par un maitre de cérémonie aux allures de cardinal d'Inquisition, parait étrangement théâtrale et irréelle... comme dans un rêve.

Loin de toute charge érotique, Stanley Kubrick plonge dans les affres d'un couple bourgeois qui, in fine, décide d'oublier ce cauchemar et, enfin, de faire l'amour. "Il ne nous reste qu'une chose à faire, dit Alice. Baiser" (Fuck). C'est le mot de la fin. "Eyes wide shut" ou la thérapie sexuelle du couple.

Tom Cruise et Nicole Kidman en lever de rideau à la Mostra par Marie-Thérèse DELBOULBES

mardi 31 août 1999, 15h39 (annonce AFP)

VENISE (Italie), 31 août (AFP) - Le couple de stars Tom Cruise et Nicole Kidman lève le rideau jeudi soir sur le très attendu opus posthume de Stanley Kubrick "Eyes wide shut", un film sur la jalousie et l'obsession sexuelle, qui inaugure la 56ème Mostra de Venise (1er au 11 septembre).

Nicole Kidman, l'Alice de Kubrick, est arrivée en avance dans la Sérénissime où son mari, retenu en Australie sur le tournage de "Mission impossible N2", réalisé par John Woo, la rejoindra par avion privé. Le couple, qui a participé à l'un des tournages les plus longs et les plus secrets de l'histoire du cinéma, assistera à la soirée d'ouverture en présence de Christiane, la veuve du cinéaste et de ses filles.

Pas moins de 120 personnes, dirigeants de la Warner qui a produit les derniers films de Stanley Kubrick, secrétaires, coiffeur, médecin... accompagnent les stars qui, après un dîner de gala au très select Hôtel Cipriani, continueront leur tournée européenne par Paris (jeudi), Londres, Hambourg.

En attendant la première européenne de "Eyes wide shut", Nicole Kidman, qui était déjà venue présenter à Venise "Portrait de femme" de Jane Campion, s'est détendue en jouant au tennis sous la pluie. Mais le soleil était de retour mardi au Lido où les ouvriers s'affairaient à mettre en place la "passerelle des étoiles" devant le palais des festivals. De nombreuses affiches montrant Tom Cruise et Nicole Kidman sur le point de s'embrasser ornent déjà l'avenue qui longe les plages de l'Adriatique.

L'actrice (polyglotte) Anna Galiena (Le mari de la coiffeuse) présentera la soirée d'ouverture et le cinéaste Bernardo Bertolucci rendra hommage au réalisateur de "2001, l'Odyssée de l'espace", disparu le 7 mars.

"Un parfum d'érotisme devrait planer sur la Mostra", a promis le nouveau directeur du festival vénitien, Alberto Barbera, en évoquant le film franco-belge "Une liaison pornographique" avec Nathalie Baye et "Gojitmal" (Mensonges) qui comporte des "scènes sado-masochistes explicites". Voyeurisme et masturbation sont aussi au menu de "Buddy Boy", un premier film américain de Mark Hanlon dans lequel joue Emmanuelle Seigner.

Malgré cet avant-goût sulfureux, le Vatican envoit pour la première fois un représentant en visite officielle à la Mostra, le cardinal français Paul Poupard, responsable pontifical de la culture, sera accueilli samedi par la ministre italienne des Biens culturels, Giovanna Melandri.

A son programme, prières oecuméniques avec les festivaliers, messe solennelle à la basilique Saint-Marc et projection de "Holy smoke" de la néo-Zélandaise Jane Campion avec Harvey Keitel et Kate Winslet, l'héroïne du "Titanic". A ce que l'on sait, "la sainte fumée" de Jane Campion n'est pourtant pas celle de l'encens.

L'autre couple vedette de cette édition sera celui de Mélanie Griffith et Antonio Banderas, le "darling" latino d'Hollywood, révélé par Pedro Almodovar, passé pour la première fois derrière la caméra pour offrir un beau rôle à sa femme dans "Crazy in Alabama" (La tête dans le chapeau).

Egalement annoncés au générique de la Mostra, Brad Pitt, qui retrouve David Fincher pour un film sur la boxe (The fight club), Jerry Lewis, le "zinzin" d'Hollywood, John Malkovich, Michael Caine, Sean Penn, Catherine Deneuve, Meryl Streep, Cameron Diaz...

kidmanvenise3.gif (29778 octets)

mercredi 1 septembre 1999, 18h29

Tom Cruise et Nicole Kidman font monter la fièvre au Lido par Marie-Thérèse DELBOULBES

VENISE, 1er sept (AFP) - Tom Cruise et Nicole Kidman, couple à la ville, et à l'écran dans le film posthume de Stanley Kubrick, ont fait monter la fièvre mercredi au Lido où ils sont venus présenter en première européenne "Eyes wide shut", l'histoire d'un couple en proie à la jalousie et aux fantasmes sexuels.

Le soleil était de la partie pour l'ouverture de la 56ème Mostra mais la température a monté d'un cran avec l'arrivée des stars en taxi-bateau, tant et si bien qu'à leur départ du Lido un admirateur de Tom Cruise s'est jeté à l'eau pour le suivre à la nage! Lors de leur conférence de presse, c'est un journaliste qui s'est levé pour faire une déclaration d'amour à la belle Nicole.

Les gardes du corps ont essayé d'empêcher l'audacieux d'approcher l'estrade, mais la star a accepté la fleur qu'il lui tendait et lui a même donné un baiser, faisant immédiatement de nombreux jaloux. Nicole Kidman a dominé cette conférence de presse qui s'est transformée en un éloge funèbre de Stanley Kubrick, disparu le 7 mars dernier, moins d'une semaine après la première projection de "Eyes wide shut" à New-York devant le couple et les dirigeants de la Warner.

Le film, hors compétition, inaugure, en présence de Christiane, sa veuve, la dernière Mostra avant l'an 2000. Le jury présidé par le cinéaste yougoslave Emir Kusturica décernera le Lion d'or le 11 septembre à l'un des 18 films en lice.

Le fantôme du réalisateur de "2001, l'Odyssée de l'espace" et de "Shining" flottait à l'Excelsior, le palace de style mauresque, où les deux stars et Jan Harlan, le beau-frère du réalisateur, ont évoqué souvenirs et impressions de tournage. "Magnifique, formidable, extraordinaire", les adjectifs manquaient à Tom Cruise et à Nicole Kidman pour qualifier cette expérience, tout de même "éprouvante, stimulante mais parfois difficile et frustrante".

Elle, très mince dans sa robe grise, lunettes comme dans le film, lui en T. shirt gris, ont parlé à deux voix, avec un avantage très net à Nicole Kidman, plus loquace. Il est vrai que le héros de "Mission impossible", "jetlagged", venait d'arriver en avion privé d'Australie où il tourne "Mission impossible 2" sous la direction de John Woo.

Evoquant la pudibonderie américaine, qui a entraîné une autocensure de quelques secondes (des personnages ajoutés digitalement pour dissimuler les détails d'une scène d'orgie qui n'a rien d'offusquant), Tom Cruise l'a qualifié de "ridicule" et souligné que "le film n'est pas pornographique". "C'est sur le sexe mais pas seulement", a dit Nicole, c'est sur les relations au sein d'un couple".

Stanley "nous poussait à improviser, nous amenait dans la chambre -on y a passé beaucoup de temps- et il nous regardait à travers l'objectif. Nous étions juste tous les trois, sans l'équipe", a expliqué l'actrice à propos de la scène où ils sont nus devant un miroir, qui sert de bande-annonce à "Eyes wide shut". Il voulait qu'on apporte nos affaires personnelles, comme si c'était notre appartement, et il nous observait".

Il y a eu cinq prises de cette scène. Parfois il a fallu une soixantaine de prises, parfois seulement deux, mais la plupart du temps 20 ou 30", a précisé Nicole Kidman.

Tous deux ont admis que pour un couple à la ville, il était difficile pendant le tournage de fixer une limite entre fiction et vie réelle: "vous ne pouvez pas sortir du plateau et juste tourner la page", a dit l'actrice. Et pourtant, a ajouté son mari, "je ne voulais pas rentrer à la maison avec mon personnage".

"J'étais intimidée la première fois que j'ai rencontré Stanley chez lui, a avoué Nicole Kidman. Mais il m'a mis à l'aise: "ne me mettez pas sur un piédestal".

 

Eyes Wide Shut

Sommaire

Page d'acceuil